Abattoir
L’abattoir constitue le maillon suivant dans la chaîne de production. Grâce au mode d’abattage, au respect de la période de repos, à l’évitement du stress chez les porcs… il contribue à la production d’une viande de porc de qualité.
A l’heure actuelle, il existe 12 abattoirs certifiés Certus.
Comment puis-je m'affilier au label Certus?

1. Affiliation au groupement


Vous complétez le formulaire d’affiliation et vous le remettez au groupement concerné.


2. Inscription à l'asbl Belpork


Le secrétariat de l’asbl Belpork reçoit le formulaire d’affiliation du groupement, et facture les frais d’adhésion au groupement.


3. Paiement des frais d'adhésion


L’asbl Belpork encaisse le paiement des frais d’adhésion du groupement. L’organisme d’inspection est informé. Vous recevez une lettre d’information, un mot de passe, un login, un mode d’emploi pour Tracy et 50 certificats d'urgence.


4. Contrôle d'adhésion


L’organisme d’inspection vous contacte pour convenir d’un contrôle. Pendant ce contrôle, les normes du cahier des charges sont contrôlées.


5. Certification Certus


Vous recevez une confirmation écrite et une attestation de certification.

Une fois agréé comme abattoir Certus, vous pouvez abattre des porcs sous le label Certus. Avant qu’un éleveur agréé ne puisse vous fournir ses porcs Certus, il faut que l’éleveur et l’abattoir soient membres du même groupement.

A leur arrivée à l’abattoir, les porcs Certus doivent être marqués du logo Certus avec code, et accompagnés d’une fiche de départ Certus officielle. Ce n’est que lorsque toutes ces conditions sont respectées que les porcs peuvent être abattus sous le label Certus.

Après l’abattage, un certificat officiel est établi. Seules les carcasses reprises sur le certificat peuvent être vendues comme carcasses Certus au maillon suivant (atelier de découpe, Allemagne) dans la chaîne de production Certus. Les carcasses Certus sans certificat ne peuvent pas être commercialisées sous le label Certus. Pour établir les certificats, vous pouvez utiliser le système de traçabilité en ligne TRACY. Le fonctionnement de ce système est explicité dans un mode d’emploi.

Normes

Toutes les normes devant être respectées par les abattoirs Certus, sont reprises dans le cahier des charges et le règlement d’ordre intérieur.


Pour les abattoirs, le certificat FebevPLUS constituera une exigence de base pour l’obtention du certificat Certus. Febev est le gestionnaire de ce cahier des charges.

Par ailleurs, le plan d’échantillonnage de Certus étant repris dans le Plan de Monitoring National de Febev, l’audit Certus ne prévoit plus de prise d’échantillon dans les abattoirs. La prise d’échantillons est organisée directement par les laboratoires.

Contrôles et sanctions

Dès votre certification en tant qu’abattoir Certus, un des OCI agréés par Certus réalisera un audit périodique dans votre entreprise une fois par an. Cet audit sera de préférence combiné aux contrôles SAC et FebevPLUS.

En outre, des audits inopinés seront réalisés par des experts agréés et désignés par l’asbl Belpork. Ces audits peuvent porter tant sur les exigences Certus que sur les exigences SAC et FebevPLUS.

Lors du contrôle, l’OCI fera usage de la check-liste de Certus. Parcourez toutes les normes reprises dans la liste avant l’arrivée de l’OCI. Une non-conformité aux normes peut entraîner une exclusion, un contrôle supplémentaire ou la prise de mesures correctives.

Voici un aperçu des infractions éventuelles pouvant être constatées lors d’un contrôle :


1) Constat des critères KO :


En cas de constat d’un KO, le participant est exclu du système de qualité Certus. Le cas échéant, le certificat est immédiatement retiré. Le participant peut ensuite à nouveau introduire sa candidature au système de qualité Certus.


2) Constat d’une non-conformité A :


En cas de constat d’une non-conformité A, le participant est tenu de prendre des mesures correctives. Ces mesures doivent être communiquées à l’organisme de certification. Elles doivent être appliquées dans un délai maximum de trois mois pour un audit initial et d’un mois pour les autres types d’audit.

Au cas où la mise en œuvre des mesures correctives ne peut pas être démontrée moyennant l’envoi des documents manquants, un audit des mesures correctives s’imposera dans un délai déterminé (voir règlement interne page 17).


3) Constat de non-conformité B :


En cas de constat d’une non-conformité B, le participant doit élaborer un plan d’action. Le participant est tenu de mettre en œuvre ce plan dans un délai de 6 mois. Le contrôle de son application se fait à l’occasion du prochain audit.


4) Constat d’une non-conformité C :


Il s’agit d’une recommandation. Le non-respect des critères C n’empêche pas la certification mais le participant est incité à se conformer au plus vite à ces conditions.